Non rien de gaulois, ni grivois. Rassurez-vous.
   Je viens simplement vous parler de mon jeu favoris: kochonland.

   Je vous en parle car je viens d'être classé millième !! (sur un million de joueurs environ)

2007_11_24_016




   Ce jeu virtuel consiste donc (pour mon niveau 4, car il en existe 5) à élever une truie et l'inséminer quand c'est le moment, pour vendre ses portées à un abattoir. Il faut également laver et soigner la truie et ses cochons quand ils sont sales ou malades. La règle me contraint à un poids et un taux de gras précis que je peux ajuster en donnant aux portées de la confiture, de l'huile, des vitamines et un certains type de nourriture ...nourriture que je fais pousser dans mes champs (blé, tournesol ou maïs), que je récolte avec le tracteur et la moissonneuse, que j'enrichis à volonté dans mon labo et que je stocke dans mes silos.

    La deuxième mission du niveau est la vente de carcasses issues de ma chaine de production. Cette fois, je dois fournir à l'abattoir du saint doux. Je dois donc acheter sur le marché officiel un certain type de portée qui répond aux critères du saint doux: le gras en l'occurrence.

    Et oui, car existe aussi le marché. Marché où il est possible de spéculer. C'est même conseillé pour se faire un max de kékos: la monnaie de Kochonland.

      Je passe vite sur le forum, la gazette, le bistrot, la banque, la boutique, la mairie, la rue (où l'on peut acheter des bonus pour mettre en échec les concurrents).

      L'important est de dire que je suis assidu. Tous les jours je bichonne mes petits. Je vends le lisier, je protège mes champs d'inondations et des corbeaux sauvages, et je paye même mes impôts dans les temps!

     J'en suis fier de ma truie. Elle rafle tous les mois le concours de la plus belle truie du niveau. Le maire me félicite souvent.
     Et vous l'aventure porcine vous dit ?

                                         Guillaume: l'homme-kochon.